La politique européenne de transport

Le Livre Blanc sur le transport de 2011

Avec le Livre blanc sur les transports, la Commission Européenne a présenté sa feuille de route pour le développement d’un système de transport européen qui vise à augmenter la mobilité sur des sites clé, réduire les goulets d’étranglement et promouvoir ainsi croissance et emploi. Parallèlement, les propositions poursuivent l’objectif de rendre l’Europe moins dépendante des importations de pétrole et de réduire de 60 % les émissions de CO² d’ici 2050.

Objectifs à l'horizon 2050

  • Mettre en place une logistique urbaine essentiellement dépourvue de CO² dans les grands centres urbains
  • Porter à 40 % la part des carburants durables à faible teneur en carbone dans l’aviation d’ici à 2050 ; réduire de 40% les émissions de CO² de l’UE provenant des combustibles de soute dans le transport maritime, pour 2050 également
  • Faire basculer 50 % du fret routier de marchandises sur des distances supérieures à 300 km vers d’autres modes de transport tels que le chemin de fer ou la navigation
  • Mettre en place un « réseau de base » RTE-T multimodal totalement fonctionnel et d’envergure européenne pour 2030, avec un réseau de haute qualité et de grande capacité pour 2050, ainsi que les services d’information associés.

 

Le réseau transeuropéen de transport (RTE-T) – les corridors multimodaux comme épine dorsale du transport européen

La nouvelle politique infrastructurelle de l’Union Européenne vise à constituer un réseau de transport européen efficient à travers les 28 Etats membres, pour promouvoir croissance et emploi. Celui-ci reliera l’est et l’ouest et remplacera le patchwork de transport actuel par un réseau européen. Le réseau central sera achevé en 2030.
Cette nouvelle politique a défini un réseau central constitué par 9 grands corridors : deux corridors nord-sud, trois corridors est-ouest et quatre corridors diagonaux. Le réseau vise à transformer les connexions est-ouest, à supprimer des goulets d’étranglement, moderniser les infrastructures et faciliter les flux transfrontaliers de personnes et de marchandises à travers l’UE. Il contribue à l’interconnexion entre les différents modes de transport et à la réalisation des objectifs en matière de changement climatique.
Le financement pour les infrastructures de transport sera triplé pour la période 2014-2020. Ce financement européen sera strictement focalisé sur le réseau central qui apporte la plus grande plus-value pour l’Union Européenne.

Le rôle des ports intérieurs au sein du réseau des RTE-T

L’intégration des voies d’eau dans les chaînes logistiques multimodales se base essentiellement sur les plateformes portuaires trimodales. C’est pourquoi la Commission Européenne accorde aux ports intérieurs un rôle clé de nœuds centraux dans le réseau central des RTE-T, qui relient entre eux d’une part les 3 modes de transport (fluvial, ferroviaire et routier), d'autre part la région et les corridors. Or, la réalisation d’un important report modal sur la voie d’eau et la voie ferroviaire nécessite une adaptation des capacités des infrastructures, dont les plateformes portuaires trimodales.

Les quatre corridors du réseau central des RTE-T dans le Rhin Supérieur

Le Rhin Supérieur en tant que « carrefour de l’Europe » est traversé par quatre des neuf corridors. Ceci lui procure une position exceptionnelle au sein du réseau central des RTE-T.

  • Le corridor Rhin-Alpes constitue une des routes de fret les plus chargées d’Europe, en reliant les ports maritimes Rotterdam et Anvers avec la Méditerranée à Gênes et quelques-uns des grands centres économiques européens, comme le Rhin Inférieur, le Rhin Supérieur ainsi que l’Italie du Nord. Le corridor multimodal suit en grande partie le cours du Rhin, la plus importante voie fluviale d’Europe, les lignes ferroviaires.
  • Le corridor Mer du Nord-Méditerranées’étend entre l’Irlande et Angleterre, via le Benelux, vers la Méditerranée dans le sud de la France. Ce corridor multimodal regroupe des voies fluviales au Benelux et en France et vise notamment à une amélioration de l’offre logistique entre la mer du nord, la Meuse, le Rhin, la Seine, la Saône, le Rhône et la Méditerranée, ainsi que la connexion entre l’Angleterre et le continent.
  • Le corridor Atlantique relie l’ouest de la presqu’île ibérienne avec les ports du Havre, de Rouen et de Paris, puis Mannheim/ Strasbourg avec des voies à grande vitesse et la Seine comme voie fluviale.
  • Le corridor Rhin-Danube, avec comme épine dorsale le canal Main-Danube, relie des régions centrales autour de Strasbourg et Francfort via le sud de l’Allemagne avec Vienne, Bratislava, Budapest et enfin la mer Noire.

Les autres corridors européens

  • Le corridor Scandinavie-Méditerranée
  • Le corridor Mer du Nord – Mer Baltique
  • Le corridor Mer Baltique – Mer Adriatique
  • Le corridor Orient – Méditerranée Est
  • Le corridor méditerranéen

 

La carte du réseau des corridors

Lien : le projet RTE-T des ports du Rhin Supérieur

Lien : actualités

 

 

TEN-T-network map zoom central europe

Le Rhin Supérieur au coeur du réseau central